MCVillars.com

Peugeot sport fait son show à la Versenne

Peugeot sport fait son show à la Versenne

Nom de code : 208 T16 Pikes Peak, du nom de cette course mythique aux USA remportée par Sébastien Loeb au volant de cette voiture hors du commun qui attire tous les regards ce week-end à Villars-sous-Ecot. Première publique.

C’est un mythe. Pour le profane, voilà une voiture qui pourrait s’avérer une machine de plus taillée pour la course. sacrilège ! Pour les amateurs, loin d’un détail, elle veut dire beaucoup.

Car cette 208 T16 avec, à son volant, Sébastien Loeb, a pulvérisé fin juin le record de la course de côte la plus haute du monde : 19,93 km bordés de précipices jalonnés de 156 virages situés entre 2.865 et 4.300 mètres d’altitude. On l’appelle la Pikes Peak International Hill Climb, elle se tient chaque année sur l’asphalte du Colorado. Et Peugeot Sport avait, cette année, décidé d’y revenir. « Il y avait déjà beaucoup de buzz autour de la voiture avant même le résultat », se plaît à remarquer Grégory Guilvert, pilote de développement du team Peugeot ayant oeuvré au programme. Et, insiste-t-il, « on n’avait jamais vu autant d’engouement précédemment ».
« C’est énorme de la voir en vrai »

De fait, ce premier week-end de gourmandises automobiles concocté sur le circuit de Villars-sous-Ecot et qui se clôt ce soir dispose d’un véritable lion dans son moteur d’attractions : cette fameuse 208 T16, 900 chevaux sous le capot, capable de passer de 0 à 100 km/h en 1,8 seconde et de 0 à 240 km/h en 7 secondes, à l’extravagante consommation de 180 litres au 100, jusque-là jamais présentée en public en France, et pour laquelle Flavien, 14 ans, a spécialement fait le déplacement. « C’est énorme de la voir en vrai ». À ses côtés, à peine plus âgé, Benjamin prend la bête sous tous ses profils en perspective d’alimenter une page sur internet. « C’est dingue, pour qui aime les voitures de course, ce que celle-ci produit comme effet », confirme l’adolescent en pleine jubilation. Seul hic, elle ne tourne pas. Problème moteur. Et c’est bien dommage à entendre le pilote Peugeot Sport Grégory Guilvert, qui l’a récemment conduite sur circuit en Grande-Bretagne, la 2e sortie du bolide : « A l’arrêt, le moteur qui tourne à 4.500 tours/mn fait vibrer le sol, sans parler du brouillard sortant de deux échappements latéraux ».

En revanche, et des centaines de candidats s’y pressent, il est possible de s’offrir (pour 30EUR) quelques frayeurs à bord de la RCZ Racing Cup et de la 208 GTI Peugeot Sport. Ou des légendaires 307 WRC et de la 206 WRC championne du monde des rallyes en 2000. Sans compter, mais celles-ci se regardent, les historiques Quadrilette grand sport de 1926 ou la 301 Miramas conçue dans les années 30 pour battre des records. Ou comment faire la jonction avec la « bestiale » 208 T16 selon l’adjectif de Grégory Guilvert. En tombant les limites.